prevnext
Menu

Coteaux Varois en Provence

En 2003 la production de 49 hl/ha compte 80% de rosé, 17% de rouges et 3% de blancs.
Les blancs sont composés de : rolle, clairette, grenache blanc (cépages principaux), puis ugni blanc, sémillon ; les rosés de grenache, cinsault, syrah, mourvèdre puis, carignan, tibouren ; les rouges de syrah, grenache, mourvèdre, cinsault, cabernet-sauvignon, carignan.Profanes et connaisseurs sont invités à découvrir les secrets des Coteaux varois dans un lieu chargé d’histoire : l’Abbaye de La Celle (XIème s.). Ici, tout ce qui concerne le vin est un art de vivre : il y est notamment associé aux plaisirs de la table. Expositions de peinture, de sculptures, de photographies, ainsi que des concerts s’y multiplient tout au long de l’année. Curieux, ne pas s’abstenir

La récolte 2010 est de 124 000 hl pour 2540 ha : 89% en rosé, 9% en rouge et 6% en blanc. La climatologie a été marquée par un printemps pluvieux, ce qui a permis au vignoble de bien supporter la période estivale quelquefois responsable de stress hydrique. Le vent a contribué au très bon état sanitaire des raisins. Les maturités ont été longues à atteindre : les vendanges ont commencé le 15 septembre dans les secteurs les plus précoces pour se terminer fin octobre dans les endroits plus tardifs. D’une manière générale, la récolte a été abondante, les couleurs vives et franches. Les vins blancs, de couleur pâle, présentent beaucoup d’arômes floraux et agrumatiques dans les notes acidulées et pamplemousse, un bel équilibre entre rondeur et fraîcheur qui les proposent comme le meilleur compagnon des produits de la mer. Les rosés ont une robe pâle, franche, qui contraste avec les arômes soutenus de fruits rouges et agrumes. Rafraîchissants et modérément corsés, ils iront sur la cuisine méridionale et les salades, parfois sur les viandes. Beaucoup de vignerons ont des rouges 2006 à la vente : affinés, corsés, ils sont parfois rustiques mais montre du caractère. Les 2007 confirment tout le bien que l’on pensait d’eux : puissants frais et structurés : un bon millésime. Les 2008 quelquefois décriés se montrent sous un beau jour : tendres, soyeux et confits, ils représentent le vin plaisir avec en prime la note terroir, contrairement au vin de l’année qui n’exprime que le fruit. . Les 2009, quant à eux, sont corsés autant que prometteur, et demandent un vieillissement..

 

 

Guide des vins de Provence

Nos Partenaires & Membres:

Château Saint Julien

19 h 35 min , 5 janvier 2013 Commentaires fermés sur Coteaux Varois en Provence