prevnext
Menu

Bandol

Le vin, lui, est célèbre depuis… toujours. Ou presque.
Il est exporté depuis près de 25 siècles. Les amphores datant des époques grecque et romaine, retrouvées entre l’île de Bendor et la corniche de Bandol, en témoignent.
Mais, outre le fait d’être gâté par la nature, il doit sa renommée aux choix des vignerons, judicieux, audacieux et prenant le pas sur la facilité. Ces derniers ont su planter sur les pentes là où il le fallait et, pour faire obstacle aux éboulements, ont construit des restanques, terrasses de pierres sèches qui ne tolèrent pas la négligence. Ils ont opté pour le Mourvèdre : ce cépage noir d’ordinaire à maturité difficile et tardive a trouvé dans le vignoble bandolais sa terre de prédilection. L’appellation (obtenue en 1941) en impose 50% dans les rouges, or il n’est pas rare d’en trouver 60%, 70%, voire au-delà. La production pour les 1433 hectares que compte le vignoble se situe à 35 hl/ha.La vendange verte, à laquelle on procède dès le mois de juillet, est de mise, la machine à vendanger est proscrite.Pour une meilleure dégustation il est recommandé aux amateurs d’ajouter un soupçon de patience : le rouge de Bandol est un grand vin de garde, à boire au moins huit ans après sa récolte.
L’hiver 2008-2009 a été particulièrement pluvieux et c’est tant mieux compte tenu des précipitations de ces dernières années. On a retrouvé le taux de pluviométrie existant avant les années 2000. Ces pluies providentielles ont amorcé un cycle végétatif proche de la normale. L’été a encore une fois été chaud et a accéléré les maturités si bien qu’en septembre les raisins étaient sucrés, avec un état sanitaire parfait et un équilibre alcool/sucre/acidité très prometteur. Les parcelles de sauvignon on été vendangées les premières à partir du 20 août puis s’ensuivirent tous les autres cépages de façon homogène. Selon les parcelles, leur sol et sous-sol, leur exposition, les vendanges ont accéléré ou marqué le pas jusqu’à attendre les traditionnelles pluies d’équinoxe et l’espoir de voir les baies se gonfler et donner un peu plus de jus. Au final, des vins 2009 denses et équilibrés, aromatiques et complexes : que rêver de mieux. Cette année, les 1580 ha en production ont fournis un rendement moyen de 32 hl/ha, ce qui est encore loin des 38 maximum autorisés.
Les rouges 2009, lauréats du concours des longues gardes, sont le Domaine de la Suffrène, le Domaine du Gros’Noré t le Domaine de Terrebrune.
Les rouges 2007 montrent toute leur puissance dans des matières et des degrés quelquefois impressionnants ; pour ceux-là il faudra être patient. Les 2006 ne sont pas en reste avec des vins massifs et compacts, pourvus eux aussi d’un fort potentiel de vieillissement et d’arômes qui commencent à exhaler la garrigue. Les 2005 ne sont pas charpentés de la même manière et sont les bouteilles que l’on peut commencer à boire, une fois passés en carafe bien sûr, avec leurs arômes de cerise à l’eau-de-vie et de pruneau. 2004 reste la référence d’un grand millésime équilibré et élégant.

 

Guide des vins de Provence

Devenez partenaire et membre de l’ASNCAP : (contact@asncap.fr)

Nos Partenaires & Membres:

Maison des Vins de Bandol

 

1 h 34 min , 21 octobre 2013 Commentaires fermés sur Bandol